Nouvelles des élèves 5

Publié le par leprofesseur

   L’aube pointait à peine et je ne tardai pas à trouver un endroit plaisant, confortable, un trois étoiles comme je les aime, me dis-je. Une fois installé, je repensai à cette nuit passée en compagnie d’Igor et Harnold.
   Nous nous étions retrouvés pour le dîner où nous avions savouré de délicieux légumes provenant d’un jardin biologique. Nous étions ensuite partis en expédition en direction du lac. C’était un endroit magnifique où il faisait bon vivre. Nous étions restés ainsi quelques heures ensemble à discuter de choses et d’autres tout en marchant paisiblement et en profitant de la fraîcheur et de la beauté de cette nuit paisible.
   Le sommeil me gagnait maintenant. Je perçus néanmoins le cri lointain d’une chouette, pressée de saisir entre ses griffes meurtrières son dernier repas avant le lever du soleil. Je l’aperçus s’approchant et se posant délicatement non loin du lieu où j’étais. Cet oiseau de nuit a encore un petit creux avant de sombrer dans son sommeil diurne, pensai-je. Soudain elle se tut, immobile, guettant la moindre proie. Tout à coup elle piqua vers le sol et emporta son festin, un pauvre petit mulot insouciant, entre ses pattes.
   J’observai un instant les premières lueurs du jour qui dessinaient délicatement chaque contour de cette belle nature qui m’entourait. Le sommeil me gagna. Il fut rapidement interrompu par des claquements secs et des hurlements non loin de moi. Je me réveillai en sursaut.  J’étais horrifié ! Que se passait-il ? Etait-ce un cauchemar ? Mais non, c’était une triste réalité. Je ne savais pas où aller, mais qu’importe ! Il me fallait m’éloigner.
  Je tombai nez à nez avec Igor qui se sauvait sans demander son reste.
Je lui criai : " Igor, que se passe-t-il ?
- Ne reste pas là Grégoire ! Sauve toi, sauve-toi, hurla Igor.
- Mais pourquoi, donc ? Qu’avons-nous fait ?
- Tu es bien jeune, ne sais-tu donc pas que ce tapage signe l’ouverture de la chasse ? Si tu ne veux pas finir en civet, décampe vite d’ici. "
 
Armony

Publié dans Nouvelles à chute

Commenter cet article

le professeur 06/11/2006 20:34

Comme quoi, quand on tape la bonne adresse, les messages arrivent. N'est-ce pas, Fanny et Pierre ?